Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Souffles d'Asie

Attention clichés

7 Février 2013 , Rédigé par soufflesdasie Publié dans #tai ji quan - tai chi chuan

Si c'est un vieux sage à la barbichette blanche que vous cherchez... il y a de fortes chance pour que vous le cherchiez longtemps.

 

Je me souviens qu'au cours d'une démonstration, un de mes élèves au faciès asiatique attirait beaucoup l'attention et que les gens le trouvaient très bon... Pourtant ça n'était pas le cas en réalité, s'il n'était pas mauvais, certains se débrouillaient mieux que lui.  Cela m'a fait prendre conscience à quel point les clichés ont la vie dure.

 

Il peut y avoir de très bons enseignants européens et de mauvais qui sont asiatiques. Pourtant les seconds ont parfois plus de succès... c'est un peu du racisme à l'envers non ?

En effet, si je prends l'exemple de mon style de tai chi, Dan Docherty bien qu'européen faisait parti des meilleurs élèves de Cheng Tin Hung. Sa compréhension et sa maîtrise dépasse ainsi celle de nombre de ses élèves chinois.

 

De même les clichés veulent que le maître soit forcément un homme. Alors que certaines femmes peuvent avoir une très bonne maîtrise de leur art martial. Ce fut le cas par exemple de la créatrice du Wing Chun  (qui connaît le succès que l'on sait aujourd'hui) : Yim Wing Chun qui alla elle-même apprendre... auprès d'une femme Ng Mui.

De même la fille de Wu Jian Chuan,créateur du style Wu, Wu Jinghua  était sa meilleure élève et a perpétué le style avec son mari.

 

Et je rajouterais aussi qu'il n'est pas nécessaire d'avoir une barbichette ou 80 ans pour avoir une pratique de qualité. Au contraire, la matière des arts martiaux fait qu'à partir d'un certain âge le corps ne suit plus et qu'il devient impossible de faire certains gestes. Comment alors être en mesure de les apprendre à quelqu'un ?  Surtout lorsque l'on sait qu'en plus de voir le mouvement on a aussi besoin qu'on nous le fasse sentir pour l'intégrer. En parler ne suffit pas. Certes un maître âgé aura progressé sur certains aspects mais aura perdu sur les aspects les plus physiques. Il faut donc bien avoir conscience que l'on n'apprendra pas les mêmes choses auprès d'un enseignant jeune et d'un bien plus âgé.

 

Ainsi, je pense que si l'on veut faire des choix éclairés il convient de se débarrasser des clichés qui entourent les partiques martiales. Les maîtres ne sont plus nécessairements ceux que l'on croit et ils s'ils ne sont plus cachés dans la montagne, ils le sont pourtant tout en état parfois juste là sous nos yeux.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article